Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

UN SEUL BUT

Par dessus les continents, notre match pour la dignité

Actu, émotions et souvenirs

Actu, émotions et souvenirs

Depuis 2006, notre histoire s'écrit au fil des jours. Dans le quotidien par les actes et par les mots, pour que notre aventure ne s'envole pas totalement. Sur ce blog, vous trouverez notre journal de bord, les actions que les rencontres nous offrent, mais aussi des souvenirs que l'on ira puiser dans nos archives. Ces moments forts que nous vous livrerons sans autres logique que celle du coeur.

view:  full / summary

Regard bouleversant d'une petite fille au centre de malnutrition

Posted on September 2, 2021 at 1:40 PM Comments comments (3)

 

Murhesa mars 2021

Regard bouleversant d'une petite fille au centre de malnutrition

Nous poursuivons le programme, les visites et animations d’Un Seul But mais parfois, surtout dans le milieu médical c’est très dur ... larmes de tristesse et de révolte devant les enfants atteints de malnutrition aiguë telle que Kwashiorkor ou marasme , des femmes enceintes et accouchées qui doivent dormir par terre par manque de structures sanitaires, des prisonniers souffrants de maladies telles que la tuberculose, fièvre typhoïde ou choléra sans parler de la malaria qui tue des milliers de personnes.

Mon cœur d’infirmière et de maman est bouleversé et garde en mémoire le regard triste et sans vie d’une petite princesse sur son lit d’hôpital !

Elle est assise sur ce grand lit, avec ses habits sales et trop grand, une jupe à fleurs.... son corps est bouffi d’œdèmes généralisés mais son petit bras n'est pas

plus grand qu'une petite branche... cette petite fille souffre de malnutrition sévère et peut mourir à tout moment ! OUI on meurt de faim dans cette partie du monde ! Médecins et infirmiers feront tout leur possible pour la sauver comme tant d'autres enfants en bas âge.

L’eau est un véritable problème alors quand on fait une adduction d’eau c’est le soulagement pour les hôpitaux et tout le village ... on peut aussi arroser les champs et les cultures durant la saison sèche. Grand merci à l'association Amani Kwenu de Suisse pour son investissement au travers de notre ami Roger, infatigable travailleur pour le bien communautaire.

Mes collègues soignants travaillent dans des conditions terribles mais ils font de leur mieux et avec les « moyens du bord »

Une nouvelle semaine commence et m’amènera encore vers de nouvelles rencontres et villages.

 

Véro

«Un câlin, c'est détacher un petit bout de soi pour le donner à l'autre pour qu'il puisse continuer son chemin moins seul.»

Pablo Neruda

 

LA PORTE DE L'ENFER

Posted on May 8, 2021 at 12:10 AM Comments comments (5)

L’enfer n’était qu’un mot avant que je n’ose ouvrir la porte de la prison de Bukavu en 2013 avec notre ami Adrien, aumônier.

 

Quelle révolte et désolation : détenus affamés au point d’en mourir, promiscuité provoquant des épidémies telles que choléra, tuberculose, plaies infectées.... ce matin est détenu est amené sur une civière au quartier des malades en hypoglycémie grave !!! Son ventre est un trou et il n’a que la peau sur les os. Son regard est celui d’un moribond .... il ira rejoindre les 100 autres malades et dormira par terre à même le sol car aucune couverture ...nos cartons bananes quand ils sont trop abîmés deviennent des matelas de fortune : maigre consolation.

 

Avec mon ami docteur et l’infirmier nous assistons à la fabrication de la bouillie : en fait ce sont des paquets de biscuits BP5 vitaminés et hyper caloriques que les prisonniers pillent et mélangent ensuite avec de l’eau dans de gros bidons.

 

Puis on place des bacs en plastique sur la table et on puise une tasse= 1 portion dans cette bouillie grisâtre. Les prisonniers au stade de malnutrition sévères font la queue et après la pesée médicale faite par des infirmiers, ils viennent 1 à 1 prendre leur portion de survie . Les emballages en carton serviront de cuillère ! Quand on a RIEN, on est créatif. Les regards changent au fur et à mesur​e des cuillerées et ils reprennent vie.

 

Mon cœur se serre de voir leur état général: saleté, état cutané effroyable , plaies infectée , odeur insoutenable par manque d’eau. La violence est permanente et c’est au fouet et coups de bâton que l’on punit les fautifs.

 

Sans l’engagement et soutien quotidien de l’équipe de l’aumônerie, les morts se compteraient par centaines!

 

Nous visitons ensuite les malades atteints de plaie. Ils sont entassés dans des pièces minuscules et sans lumière, dans une chaleur étouffante. Certaines plaies sont presque guéries grâce au matériel spécifique envoyé. Dans une pièce d’isolement, un jeune homme gît à terre. Il a été amputé d’un doigt ce matin. Un panaris est l’origine mais le grand malheur est que le patient a préféré la médecine traditionnelle et son doigt s’est infecté et nécrosé .... les autres prisonniers se sont cotisés pour réunir la somme de 50$ pour cette amputation. Même dans le pire des malheurs on est solidaire. Lors de notre visite, j’entends : Jambo - bonjour Da Véro ! Certains prisonniers se souviennent de moi et sont très reconnaissants du soutien d’Un Seul But, soit médical ou sportif ou dans les ateliers de couture et scolarisation. Peu de mots mais tout est exprimé dans les regards.

 

Je ne ressors jamais indemne de cet endroit de souffrance et non respect des droits humains, mais je m’engage de poursuivre notre mission auprès d’eux.

 

Bukavu, février 2020

Le puzzle d'Un Seul But en 2020

Posted on November 10, 2020 at 2:25 PM Comments comments (12)

Le puzzle d’Un Seul But en 2020

Béa et Doudou sont fiers de vous présenter ce puzzle coloré

chaque pièce représente un événement vécu en 2020, de belles rencontres avec les enfants et tous les donateurs de Suisse 

Chaque axe de nos projets est représenté : médical, éducation et sport 

Chaque valeur : confiance, travail, amitié ...

Un puzzle est un jeu de patience et persévérance, qui demande observation et logique ... Mais quand toutes les pièces ont trouvé leur place, quelle joie et fierté !

Ce puzzle VOUS représente car c’est grâce à vous que nous pouvons réussir le Miracle d’envoyer notre container !

Merci merci merci  aux bénévoles, donateurs en matériel et financiers


J-8 avant le grand jour du chargement du container ... Et là ce sera un puzzle de 1500 pièces et 17 tonnes

LA FAMINE, conséquence terrible du confinement lié au Covid-19 au sud Kivu

Posted on September 6, 2020 at 5:55 AM Comments comments (0)

Les nouvelles de nos amis-amies du Kivu ne sont pas bonnes et la famine prend le dessus dans toute la province. A chaque message que nous recevons, on nous dit : c'est terrible ici, les familles ont faim, les enfants qui recevaient des repas à l'école ont leur santé qui se dégradent, les prisonniers privés de visites se meurent de toutes maladies et malnutrition. Mes collègues soigants se désolent des cas de malnutrition sévère chez des nouveaux-nés et enfants de familles vulnérables. Les frontières sont fermées et le ravitaillement peine à arriver dans la ville et toute la province. Les bateaux ne circulent plus sur le lac Kivu ..... les femmes ne peuvent plus aller vendre leurs maigres récoltes et autres fruits au marché.... !!! Je peux m'imaginer la détresse des parents.

 

Je vous partage un texte que j'avais écrit en janvier, lors des visites dans les écoles partenaires des projets d'Un Seul But.

Un bol de bouillie servi le matin peut sauver la vie de centaines d'enfants.... MERCI à toutes les personnes qui s'impliquent au quotidien avec bienveillance.

 

Nous sommes de coeur avec eux et poursuivons notre soutien depuis la Suisse, avec prochainement l'envoi du container et toujours la récolte de fonds.

 

31 janvier 2020 île d’Idjwi

Matinée dans les classes maternelles Kashofu

Après un petit délicieux déjeuner chez les soeurs, remises de nos émotions d'hier et reboostées par l'énergie des malaika et du désir de travailler ensemble, nous partons rejoindre les enfants et monitrices des classes de maternelles de Kashofu. Je suis très heureuse de participer à une journée entière vers ces enfants et de suivre leurs activités quotidiennes.

Les parents s'impliquent beaucoup pour amener les enfants à l'école avec ces temps de pluie. Une image me marque particulièrement : celle d'un papa, chaussé de grandes bottes portant son petit sur les épaules ... l'implication des pères dans l'éducation est nouvelle et montre que les coutumes changent.

Nous retrouvons nos chères monitrices en train de laver les enfants qui arrivent boueux à l'école, laver les chaussures etc.... Les enfants tout propres entrent dans les classes et attendent.

 

La prière du matin.... elle m'émeut aux larmes, tous ces enfants qui prient avec recueillement, prières pour remercier de ce jour nouveau, action de grâce, récitations pour prendre des nouvelles de la famille.

 

Puis Christine la maîtresse va chercher un petit pot jaune et distribue à chaque enfant une petite pointe de ... en fait c'est de l'huile et les enfants l'étalent sur leur visage, bras et jambes. Waouw.... je suis une nouvelle fois émue car ce sont des gestes qui prennent soin des enfants. Les bases de l'hygiène : se laver, prendre soin de son corps. Prendre soin de son âme par le côté spirituel.

Da Véro trop curieuse, lit sur la tableau noir les prénoms des enfants et chacun se lève lorsque son prénom est nommé : Merci , Akonkwa, Neema, Kelvin, Chance... Tous ces petits minois sont adorables.

 

Vient maintenant une partie essentielle : la distribution de la bouillie. Christine est allée chercher les gobelets roses, et la bassine remplie de bouillie tiède. La bouillie est composée de : maïs, sorgho, soja et du sucre. Chaque enfant va chercher son gobelet et sa cuillère et dit MERCI ! Nous prions pour remercier pour cette nourriture qui va nous donner des forces, aux enfants pour étudier, à nous pour prendre soin de nos frères et nos soeurs.

 

CE REPAS EST SACRE et les enfants mangent en silence. Puis chacun va rapporter son gobelet et redit MERCI . C'est très beau de voir ces monitrices prendre soin des enfants de manière maternelle. Prendre soin des enfants c'est aussi les nourrir, physiquement et moralement, par des gestes bienveillants.

 

Vient le moment des récitations : La Paix... pourquoi tant de désordre, toujours la guerre...nous naissons dans la guerre, nous grandissons dans la guerre..... moi qui n'ai jamais vécu cela, je sens des frissons d'entendre ces jeunes enfants et je réalise la chance qu'ont nos enfants occidentaux. Je suis également tellement reconnaissante de pouvoir vivre sur ces 2 continents, de mieux comprendre la culture, la manière de vivre d'ici pour pouvoir apporter un soutien adapté aux besoins.....

 

Pour terminer, nous allons voir comment le repas de midi se prépare : riz et haricots mijotent dans d'immenses marmites.

 

Nourrir les enfants fait aussi partie de l'éducation et promotion de la santé.

Les 2 repas servis permettront à ces enfants de bien grandir et s'épanouir.

 

 

 

août 2020

Un drap, simple bout de tissu qui sauve des vies.

Posted on August 1, 2020 at 11:15 AM Comments comments (0)

Un drap, simple bout de tissu qui sauve des vies.

Voilà plusieurs jours que j'aimerais vous partager cette aventure mais ces dernières semaines, je suis très occupée dans mon rôle d'infirmière, à prendre soin de notre population neuchâteloise. 

Cette pandémie mondiale m'interroge beaucoup... et je ne peux pas me taire sur la situation du Sud Kivu en RD Congo et du quotidien de nos amis, partenaires et bénéficiaires. Depuis des décennies, ils luttent au quotidien contre les injustices sociales, les guerres et la violence, LA FAIM, les maladies telles que la malaria, le choléra, la rougeole, la tuberculose, le sida, Ebola.... des milliers de morts chaque année !! On meurt par une gastro-entérite, par une infection banale par manque de médicaments de base ! L'enfer ils le connaissent déjà car ils le vivent chaque jour !

Et on leur demande de respecter le confinement ! se laver les mains crie-t-on partout dans le monde !! facile quand on a de l'eau propre qui coule des robinets. Restez à la maison : facile quand nos supermarchés et frigo sont remplis sans efforts... mais dans le Tiers-Monde pour nourrir une famille de 15 personnes, les mamans se tuent dans les champs pour quelques grains de riz et haricots. A Uvira les pluies torrentielles ont fait des dizaines de morts et les maisons ont été emportées par les flots....

Mais malgré toutes ces difficultés, il y a l'entraide, la solidarité et l'ingéniosité ! Je vous raconte donc la fabuleuse histoire d'un drap.

Nous avons la chance de recevoir régulièrement du linge médical grâce à une amie. C'est l'effervescence quand elle m'annonce 8-14 palettes à aller chercher et surtout à trier. Je vous ai déjà fait des récits à ce sujet. Cette fois, c'est encore plus profond : un simple bout de tissu peut sauver des vies.

Les draps, blouses médicales et linges, ont été distribués dans les petits dispensaires du sud Kivu. Ils ont fait la joie du personnel soignant et des malades. Mon ami médecin Joseph est si fier et soulagé de me montrer que sur chaque lit de son hôpital, il y a un drap venu de Suisse. Dans le dispensaire des lépreux, on coupe les draps pour en faire des bandages aux pieds. Dans les maternités, on en fait des langes pour les bébés ou même des bandes hygiéniques pour les accouchées.

Nos draps blancs et verts de 2019 vont avoir un autre rôle ce printemps 2020 : celui de se transformer en masques ! En Suisse comme partout, on attend avec impatience l'arrivée de milliards de masques .... Le Kivu pourra attendre longtemps puisqu'il fait partie des oubliés.

Quand on a rien, on est ingénieux et on fait avec les moyens du bord. Notre ami Adrien, sur tous les fronts des oubliés ( prisonniers, mai-bobo = enfants de la rue, orphelins, prostituées) se met en marche pour lutter à sa manière contre ce virus et être en règle face aux exigences des dirigeants. Porter le masque !! Il va prendre des cartons de draps, et autres nappes oranges, et un autre qu'il avait mis de côté pour le grand moment : un carton rempli de matériel de couture : boîte de fils, élastiques.... un don reçu par des amies et ma chère maman. Et avec les talents de couturier d'un confrère prêtre, ils vont se mettre à l’œuvre. Comme partout les églises sont fermées, Célestin va donc consacrer son temps, son énergie et mettre tout son cœur à coudre habillement des masques 

Les images sont plus parlantes que mes mots...mais je suis émerveillée et redis que chaque petite chose est utile. 

MERCI à tous les acteurs qui s'engagent pour accompagner et prendre soin de leur population.

 MERCI à tous nos donateurs sans qui rien ne serait possible. Envoyer un container chaque année est un exploit... et lorsqu'il arrive après 10'000km de voyage, c'est un miracle

 Prenez soin de vous

 Véronique 

pendant le confinement avril 2020


LA PORTE DE L'ENFER

Posted on April 25, 2020 at 1:20 PM Comments comments (1)

L’enfer n’était qu’un mot avant que je n’ose ouvrir la porte de la prison de Bukavu en 2013 avec notre ami Adrien, aumônier.

Quelle révolte et désolation : détenus affamés au point d’en mourir, promiscuité provoquant des épidémies telles que choléra, tuberculose, plaies infectées.... ce matin est détenu est amené sur une civière au quartier des malades en hypoglycémie grave !!! Son ventre est un trou et il n’a que la peau sur les os. Son regard est celui d’un moribond .... il ira rejoindre les 100 autres malades et dormira par terre à même le sol car aucune couverture ...nos cartons bananes quand ils sont trop abîmés deviennent des matelas de fortune : maigre consolation.

Avec mon ami docteur et l’infirmier nous assistons à la fabrication de la bouillie : en fait ce sont des paquets de biscuits BP5 vitaminés et hyper caloriques que les prisonniers pillent et mélangent ensuite avec de l’eau dans de gros bidons.

Puis on place des bacs en plastique sur la table et on puise une tasse= 1 portion dans cette bouillie grisâtre. Les prisonniers au stade de malnutrition sévères font la queue et après la pesée médicale faite par des infirmiers, ils viennent 1 à 1 prendre leur portion de survie . Les emballages en carton serviront de cuillère ! Quand on a RIEN, on est créatif. Les regards changent au fur et à mesure des cuillerées et ils reprennent vie.

Mon cœur se serre de voir leur état général: saleté, état cutané effroyable , plaies infectée , odeur insoutenable par manque d’eau. La violence est permanente et c’est au fouet et coups de bâton que l’on punit les fautifs. Sans l’engagement et soutien quotidien de l’équipe de l’aumônerie, les morts se compteraient par centaines!

Nous visitons ensuite les malades atteints de plaie. Ils sont entassés dans des pièces minuscules et sans lumière, dans une chaleur étouffante. Certaines plaies sont presque guéries grâce au matériel spécifique envoyé. Dans une pièce d’isolement, un jeune homme gît à terre. Il a été amputé d’un doigt ce matin. Un panaris est l’origine mais le grand malheur est que le patient a préféré la médecine traditionnelle et son doigt s’est infecté et nécrosé .... les autres prisonniers se sont cotisés pour réunir la somme de 50$ pour cette amputation. Même dans le pire des malheurs on est solidaire. Lors de notre visite, j’entends : Jambo - bonjour Da Véro ! Certains prisonniers se souviennent de moi et sont très reconnaissants du soutien d’Un Seul But, soit médical ou sportif ou dans les ateliers de couture et scolarisation. Peu de mots mais tout est exprimé dans les regards.

Je ne ressors jamais indemne de cet endroit de souffrance et non respect des droits humains, mais je m’engage de poursuivre notre mission auprès d’eux.

Bukavu, février 2020

UN SEUL BUT EN 2019... BRISE DE BONHEUR

Posted on January 2, 2020 at 2:30 PM Comments comments (0)

Chères Amies, chers Amis,

Ouf! Encore une année de passée comme un soupir! Pour Un Seul But aussi, les mois n’ont pas assez de jours et les heures trop peu de minutes.

Et pourtant! Un coup d’œil dans le rétro et le constat est que 2019 a été bien rempli. Ce n’est pas un souffle, mais une brise de bonheur, un vent porteur de solidarité que votre aide a permis entre les continents. De Suisse en RD Congo. De Neuchâtel à Bukavu. Comme une inspiration de vie nourrie par les soins, le sport et l’éducation. Le tout basé sur la confiance, entre des personnes qui ne se connaissent pas, car séparées par des milliers de kilomètres.

Dans ce petit mot, UN SEUL BUT a décidé d’innover. Vous trouverez, bien sûr, dans ce document les moments marquants de notre petite association. Nous avons aussi voulu transmettre les mots des personnes extraordinaires qui font fructifier tous nos efforts. Pour mieux se connaître. Mais aussi et surtout, pour illustrer concrètement le pouvoir d’un maillot de sport, d’un livre ou d’un pansement. Vous trouverez quelques extraits en page 2. L’intégralité des témoignages sera publiée sur notre site www.unseulbut.org Le détour en vaut la peine!

Un Seul But en 2019, cela a été: 

La mission de Véronique en février et l’envoi du container en août constituent les faits marquants de 2019. Mais entre les deux, la vie de l’association ne s’arrête jamais. Il y a les récoltes de matériel, les riches contacts, les témoignages et autres conférences. A dire vrai, Véronique se démène en permanence.

Pour la sixième fois, notre présidente s’est rendue dans le Kivu en février. Ses activités ont été multiples. Elle a toutefois souvent troqué sa casquette d’ambassadrice pour s’impliquer sur le terrain et donner de l’énergie aux divers projets. Elle a a été infirmière dans les prisons, au centre des lépreux et dans divers dispensaires. Elle y a soigné des plaies inimaginables, écouté les patients, noté les besoins pour mieux orienter les recherches de matériel une fois revenue en Suisse.

 Mais elle a aussi été enseignante en offrant des cours pédagogiques sur l’importance du jeu et de la lecture dans plusieurs écoles maternelles et primaires. Côté sport, elle a veillé à ce que les projets dans les écoles, les paroisses et les prisons continuent à se développer dans la direction d’Un Seul But: l’épanouissement et le vivre ensemble. Avec une attention toute particulière pour le sport féminin, qui, plus qu’un symbole, permet aux jeunes filles de s’affirmer dans la société. Des cours de massage et de soins ont été aussi dispensés à Cahi.

Un container bien rempli

Les 22 et 23 août ont constitué l’apothéose de douze mois de travail. Quel bonheur de pouvoir compter sur la solidarité de nos amies et amis pour l’envoi du container. Cette année, ce sont plus de 1000 cartons et sacs de sport, remplis de matériel médical, de sport, éducatif qui ont pris le bateau pour un voyage de deux mois. Vous voulez un autre chiffre ? Le container pesait près de 18 tonnes. Autant dire que cela a généré quelques – grosses –gouttes de sueur.

En 2020, pas de pause!

Pas de secret: Un Seul But va plus que jamais continuer à s’investir selon ses buts premiers. Et cela passera par :

- une septième mission se profile en janvier pour Véronique

 - l’espoir d'envoyer un container de matériel fin 2020 ou printemps 2021 (coût 21'000.- par année pour frais du container et location des locaux)

 Plus toutes les surprises que le destin placera sur notre chemin. Et celles-ci ne manqueront pas. Plus de dix ans d’expérience nous ont appris que l’entraide et la solidarité se nourrissent souvent de miracles et de rencontres incroyables. Vous en êtes la meilleure des preuves, chères Amies et chers Amis. Votre soutien, sous toutes ses formes, permet de réaliser des merveilles. Et nous vous en remercions chaleureusement.

Le comité



Arrivée du container à Bukavu le 4 novembre 2019

Posted on November 10, 2019 at 2:10 PM Comments comments (3196)

Waouw On est FOUS DE JOIE et de soulagement

Une excellente nouvelle dans ce début de novembre pluvieux : le container est bien arrivé à Bukavu ( tel que chargé à Marin le 23 août ) et le déchargement s’est bien passé ...

D’autres mains prennent le relais et des étincelles de joie sont déjà distribuées dans tout le sud Kivu

Grand merci à vous tous

Béa et Doudou

Véronique et toute l'équipe d'Un Seul But

LE SOURIRE DE MOISE

Posted on November 4, 2019 at 6:15 AM Comments comments (0)

Lorsque l'on arrive au centre d'Heri Kwetu on plonge dans le monde des fragilités humaines et nous rencontrerons des personnes souffrants de handicaps différents.

De jeunes enfants marchant en béquilles ou avec des prothèse (suite à des amputations causées par la violence de la guerre et plaies par balles), des bébés plâtrés aux 2 jambes suite aux opérations de pieds bots, enfants et adultes sourd-muets, patients paralysés, enfants trisomiques ... même si nos cœurs sont remplis d'émotion, nous voyons que ce petit monde est JOYEUX. Le monde du handicap je le connais pour y avoir travaillé longtemps mais rien à comparer avec ici ! On pense souvent que c’est une malédiction ou les mauvais esprits qui sont à l’origine des handicaps! Heureusement Heri Kwetu prend en charge 86 enfants, les scolarisent et les hébergent.

Avec Élie et Didier, nous déchargeons les colis remplis de matériel orthopédique et les jeux pour enfants puis nous retrouvons la nouvelle responsable qui nous accueille dans son bureau ; nous parlons sport et éducation et c'est avec une JOIE réciproque que nous échangeons. Au nom d’UN SEUL BUT, nous lui donnons quelques ballons colorés, corde à sauter, raquettes, balles de tennis (kaloke), rollers et planche à roulettes, quelques DVD et des peluches à distribuer aux enfants.

J’ai tenu ma tenu sa promesse faite à Laure et Thibaud : faire un bisou au jeune Moïse , enfant abandonné à sa naissance et IMC. Moïse est ravi de me voir malgré son état de santé affaibli par la fièvre! Son SOURIRE est toujours aussi lumineux.

Tous les enfants veulent me donne la main ou toucher mes cheveux blonds.

Moïse un jeune aveugle est surpris quand je l’appelle par son nom. Il aime jouer au foot avec un ballon spécial et me demande à l’oreille si je peux lui trouver un harmonica ou une flûte!

Nous passons aux ateliers de couture pour acheter de l'artisanat fabriqué ici. Une manière aussi d'être solidaire et de valoriser ces chefs d'œuvres 

Véronique

LE MATCH DES MIRACULES

Posted on November 4, 2019 at 5:50 AM Comments comments (0)

Les joutes sportives battent leur plein. Par le jeu et l'effort, des milliers d'enfants et de jeunes célèbrent en Suisse la fin d'une année scolaire. Leurs cris de joie résonnent sur les terrains, dans les cours d'école, les piscines ...., un bonheur ! Pourtant ce soir, j'aimerais vous partager l'existence d'une autre compétition sportive très particulière qui oppose la vie et la mort, avec à la fin la victoire de la première.

Je vais l'appeler «Le match des miraculés »

Nous sommes dans la cour centrale de la prison de Bukavu, dans le Kivu (Congo).Ce samedi matin, c'est l'effervescence. Et pour cause : deux équipes de football se préparent à jouer. Sauf que ce n'est pas un match ordinaire entre prisonniers. Mais un match entre les « MAM » et les « MAS »!

Je vous entends vous interroger. Les « MAM » et les « MAS »? Mais de qui s'agit-il ?

Ce sont simplement les prisonniers malnutris. Les « MAM » sont les prisonniers « malnutris modérés » et les « MAS », leurs frères de galère « malnutris sévères », plus proches de la morgue que du terrain de foot...

Ces prisonniers, je les ai rencontrés lors de ma mission en mars 2019. Ils étaient allongés par terre, sans forces, presque nus, le regard perdu.... Leur maigreur étaient extrême - certains pesaient à peine 30 kilos – et la plupart étaient couverts des plaies. Une situation dramatique, presque désespérée.

Le « presque » est ici essentiel. Car l'équipe de l'aumônerie de la prison n'a pas renoncé. Emmenée par notre ami, l'abbé Adrien, elle s'est s'est battue jour et nuit pour dénicher un peu de nourriture : des farines et du sucre pour la bouillie du matin ; des haricots, de l'huile et de la farine de manioc pour les autres repas ; ainsi qu'un peu de bois de chauffage pour préparer les repas. Alors qu'ils n'y croyaient plus, ces hommes ont pu être nourris, reprendre vie, passer de l'ombre à la lumière.

Ce samedi, les MAS et les MAM sont fiers dans leurs vareuses rouges et oranges offertes à Un Seul But par le FC Chavornay et le LUC Football (Lausanne Université Club) Ils ont joué avec engagement et enthousiasme, heureux de sentir la renaissance de leurs corps. De montrer qu'après avoir flirté avec la mort, ils étaient revenus à la vie, qu'ils étaient des hommes nouveaux, DEBOUT!

Le match s'est aussi déroulé dans des cris de joie et je ne connais le score final, Mais peu m'importe. C'est la démarche qui était primordiale!! La fête s'est poursuivie par une distribution de vivres.

Hubert Ripoll a écrit un livre magnifique et inspirant : « La résilience par le sport ». L'occasion aussi de souligner une condition essentielle à mes yeux . Pour parvenir à avancer, il faut ETRE ACCOMPAGNE !

La nourriture distribuée aux prisonniers malnutris leur a permis de reprendre des forces physiques – certains sont passés d'un poids de 30 à 49 kilos en quelques semaines. Mais c'est l'amour et l'accompagnement moral, l'empathie, le fait d'être AVEC eux, à leurs côtés, qui a permis à ces hommes de se relever et retrouver un sens à leur vie.

MERCI à toutes ces personnes « ressources », ces tuteurs de résilience, ces accompagnants au quotidien !! Discrètement, par amour de leurs prochains, ils sont les « moteurs de vie » de cette population carcérale, rejetée par la société !!! Ils jouent collectifs sous les couleurs de l'équipe d'aumônerie, celles du staff médical de la prison ou des prisonniers qui s'engagent pour les autres. 

Un Seul But est heureux de les soutenir leurs actions par l'apport de matériel de sport ou médical, ainsi que par des soins apportés aux prisonniers . C'est peut-être une goutte d'eau dans leur mission, elle participe à la rendre possible. C'est aussi l'occasion d'adresser UN MERCI sincère à tous les donateurs qui nous permettent de poursuivre notre engagement pour la dignité


Rss_feed