Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

UN SEUL BUT

Par dessus les continents, notre match pour la dignité

Retrouver les origines

d'Un Seul But
dans une petite vidéo

Petit flashback
de notre conférence

«Décrocher la Lune pour les enfants du Kivu»

lors du Biblio week-end à Marin!
Une histoire et un petit mot de Véro

sur les sources d'une motivation de tous les jours!

Respect et solidarité par le sport !

Avant chaque compétition, un athlète se prépare avec soin. Il peaufine les détails de ses gestes, qu'il tentera d'appliquer sur le terrain pour atteindre son objectif.

Pour UN SEUL BUT, c'est pareil!

.

Depuis dix ans, la petite ONG neuchâteloise se démène sur le terrain pour faire passer le respect des droits humains dans deux régions difficiles d'Afrique des Grands-Lacs: le Burundi et le Sud-Kivu (République démocratique du Congo). Deux régions où les conflits inter-ethniques attisés par les appétits économiques des grandes puissances ont broyés la considération de l'autre jusque dans les villages les plus reculés.

.

En Suisse, l'ONG récolte du matériel scolaire, pédagogique, sportif et médical. Chaque année, un container de matériel est envoyé à Bukavu.

Au Congo, dans cette région malmenée par la violence, UN SEUL BUT a créé une structure en étoile, qui s'appuie sur des personnes de confiance du monde de l'Eglise et scolaire.

.

La collaboration avec les enseignants, les éducateurs est quotidienne et, chaque début d'année, un séjour sur place de quatre semaines permet de transmettre l'essentiel: le respect de l'autre par des cours, des animations, peu importe le passé.

.

Pour y parvenir, UN SEUL BUT mise sur un langage universel, et notamment le football. La fascination pour ce jeu est universelle. Un ballon permet de dépasser les rancunes, rapproche ceux que la vie a séparé. Il promeut l'échange, la solidarité, le vivre ensemble, l'estime de soi. Mais le sport, c'est aussi l'occasion de promouvoir la santé, de parler nutrition et émancipation, notamment pour les jeunes filles, de faire prendre conscience de ses droits. Idem pour les prisonniers, souvent politiques, qui reprennent espoir.

Mission médicale sur les routes de l'Impossible du Sud Kivu


Après avoir été alitée quelques jour par une magistrale gastro-entérite aiguë, me voilà repartie

 pour la prochaine mission, dans un endroit retiré du monde, des connexions et quasi inaccessible. Je vous jure qu'être muganga = infirmière ici est un vrai challenge et parfois même un calvaire.

Nous voilà donc partis avec le médecin directeur pour cette mission médicale dans sa structure 

de santé. Joyeux et motivés par nos échanges sur nos rôles de soignants, nous prenons la route confiants malgré le fait qu'il a plu abondamment durant la nuit. Nous quittons la ville bruyante, bourdonnante et sale de Bukavu et les paysages les plus diversifiés défilent devant nous. 

Notre pointe de vitesse sera de 50km/h.

Arrivés sur place, j'ai la joie de visiter le centre médical, composé de plusieurs bâtiments. Toute l'équipe médicinale et pluridisciplinaire est là pour m'accueillir. Une émotion partagée car cette rencontre avait été annulée 3jours avant vu mon état de santé. Nous visitons les lieux, saluons 

les gens très étonnés de voir cette blanche dans cet endroit lointain et si pauvre, sans moyens de transport. Il fait très froid et je suis bien contente d'avoir pris mon veste chaude et mon foulard.

Le ciel très chargé de nuages nous inquiète et la pluie se remet à tomber en averses intenses, 

une pluie africaine.

Je suis émerveillée par la bonne organisation malgré les difficultés et le peu de moyens financiers. Je réalise une fois de plus la chance de vivre de l'autre côté du globe et me révolte aussi devant tant d'injustices et de différences. Et dire que l'on se plaint chez nous de porter le masque, on crie au scandale quand il y a coupure d'eau pour 1h et rupture de stock dans nos magasins et pharmacies bondés..... Je vis les 2 extrêmes et mes émotions sont intenses.

La maternité est comme partout le service le plus rempli... les mamans sont assises sur leur lit avec leurs nouveaux-nés et discutent entre elles. Nous les saluons et les félicitons. Une maman attire plus spécialement mon regard : elle est cachée sous sa moustiquaire ( hyper important dans cette région où les moustiques tuent des milliers de personnes avec le paludisme), Elle est belle, d'une beauté simple avec son foulard et tient son enfant comme un précieux cadeau : son bébé est un minuscule prématuré de 1.3 kg emmailloté dans des couvertures... on le voit à peine mais son petit minois est magnifique et si fragile. Ici pas de couveuse électrique ( pas d'électricité et les panneaux solaires dépendent de l'ensoleillement) pour les prématurés alors on est créatif : le médecin a instauré la technique « kangourou » qui consiste en mettre un sachet plastique 

entre les couvertures pour créer une isolation et maintenir la température. Imaginez-vous qu'aujourd'hui il fait 14 degrés.... Alors je repense à toutes les personnes en Suisse qui tricotent des couvertures et les en remercie d'avance.

Une autre ingéniosité locale : il n'y a pas de chariot de soins...alors on les a construit en bois !!

Notre visite se termine par la traditionnelle « photo de famille » et je reçois un grand collier d’œufs entourés de feuilles de bananier.

Les signes qui me touchent ici intensément sont le sens de l'accueil des gens, la générosité du cœur et la solidarité.

Après la visite aux prêtres de la paroisse avec qui le médecin collabore souvent, nous reprenons 

la route.... et là la vraie aventure commence !!!



Je regarde parfois l'émission : les routes de l'Impossible mais je ne pensais pas la vivre en direct !!

En 15 ans et 13 voyages en Afrique, je n'ai jamais vécu cela. Avec ces pluies, les routes sont devenues impraticables.... une pataugeoire, patinoire... je ne sais plus. Les camions, bus , motos s'embourbent, s'enlisent et restent bloqués. Certains véhicules basculent dans les ravins.

Les camions chargés avec de lourdes marchandises sous des bâches ont encore en dessus des gens qui voyagent ... ils sont trempés jusqu'aux os et risquent de tomber à chaque moment. Des enfants, hommes et femmes marchent sur les 2 côtés de la route ... certains aident les véhicules en les poussant, d'autres ont pris des pelles, d'autres à mains nus creusent la terre pour la répandre sur la route afin de permettre aux divers véhicules de repartir et désencombrer la route.

La descente sur Bukavu ressemble plus à un toboggan, nous slalomons entre les gens du quartier qui essaient tant bien que mal de survivre en vendant de la nourriture, des braises, du carburants... toute la misère du monde est là !


Il nous faudra 4h15 pour faire 28 km... et c'est le lot régulier du médecin !!! Je le remercie d'avoir maîtrisé la situation et pousse un ouf de soulagement à l'arrivée.


Être infirmière tout terrain c'est un challenge de chaque instant ici au Sud Kivu

Prenez soin de vous où que vous soyez.

Affectueusement

Véronique

le 2 février 2022

Visite aux foyers de paix à Kambehe​ 

Après un accueil chaleureux organisé par notre Ami Roger et les mamans des foyers de paix, nous voilà partis en petite troupe pour visiter les projets écologiques, la ferme, les champs cultivés, le reboisement, les étangs à poisson, les compostes.

Les mamans, de toutes jeunes femmes aux taté ( grand-mères) chantent et dansent tout au long du chemin. Je reconnais par ci par là des mots de swahili et mashi (langue locale). Je m'intègre à leur groupe et elles entonnent un chant magnifique qui dit que l'équipe est complète ( avec mon arrivée dans leur groupe). Intense émotion pour moi de me sentir acceptée dans le groupe. J'entre dans la danse et mets mes pas dans les leurs, au rythme des chants ! Durant le promenade j'ai la joie immense de pouvoir porter un bébé sur le dos, une charmante petite fille au teint clair. Dans le chant des femmes, je deviens une femme accomplie, une maman africaine. Je repense alors au merveilleux poème récité par les enfants : femme noire, femme africaine ,

toi qui m'a porté sur ton dos...


Je suis toujours émerveillée par la vision de Roger qui associe nature, écologie, production et diversification des cultures. Il offre des apprentissages aux mamans selon leur talents car il croit fermement 

que chacun de nous a des talents à exploiter : ce sera coupe-couture pour certaines, cuisine et enseignement dans les écoles maternelles pour d'autres. Il y a aussi l'élevage de poulets, chèvres et autres animaux, création d'un petit commerce de nourriture ou de pain... 

la liste s’agrandit d'année en année mais le but sera toujours : 

redonner de la dignité aux femmes villageoises pauvres, qui pour la plupart d'entre elles ont vécu des drames terribles comme le viol, abandon et violence des maris....

Je suis restée 4 jours dans ce petit paradis car la nature est mise à l'honneur, diversification des plantes et arbres, ruches sauvages et 

notre programme a été chargé :

* visite dans un hôpital que nous soutenons en matériel médical 

(la joie des soignants est toujours très touchante : quelques instruments médicaux, matériel de pansement et de perfusion créent le soulagement et la joie de soigner dans de meilleures conditions.

* visite d'un lieu d'apprentissages : menuiserie, mécanique, soudure, coupe-couture

* cours pédagogique au corps enseignant avec les jeux et livres envoyés par Un Seul But jeux avec les enfants avec les kaloké ( balles de tennis) cordes à sauter et ballons

* remise des brevets aux apprentis en informatique

* activité écologique avec les enfants pour le reboisement


Je reviens sur cette activité écologique car elle a été incroyable. Malgré une forte pluie (cette année la météo est catastrophique avec des pluies froides ... résultat un bon état grippal ! Merci à mon amie pharmacienne pour le Prétuval, gouttes nasales) les enfants, quelques courageux parents et les enseignants-enseignantes nous attendaient. 

Emmitouflée dans mon imperméable, foulard et chaussures de marche, nous voilà partis à la queue-leu-leu sur des petits sentiers au rythme des chants des enfants : Il était un petit navire, frère Jacques et des chants en swahili.

Les enfants sont heureux car la démarche écologique de notre ami Roger est de poursuivre le soin aux arbres que les enfants ont planté 

en décembre 2021 lors de la journée de l'arbre. 1025 arbres ont été plantés, travail en collaboration avec le Fonds forestier congolais.

« Cet arbre tout petit et frêle grandira avec les enfants. Nous l'arroserons avec Amour et Dieu seul en assurera la croissance comme dit St Paul » parole de Roger, l’initiateur des foyers de Paix.


Les enfants, agiles comme tout ont grimpé la pente et chacun a retrouvé SON arbre. Sous les consignes de Roger, ils ont rempaillé leur arbre pour le protéger du soleil et de la pluie. Ils chantent à tue-tête : l'arbre s'est la vie : il donne des fruits, nous pouvons construire nos maisons, il nous donne du travail et nous pouvons gagner de l'argent pour faire vivre nos familles! Merci padri Roger.

Pour moi, le petit arbre ressemble à l'enfant : il est fragile et demande que l'on prenne soin de lui avec amour, patience et tendresse. Il a besoin de soleil, d'eau et de nutriments pour son épanouissement.

Je pense à ma grande et belle Laure, notre future ingénieure forestière : elle serait fière de voir cette belle démarche, elle qui fait la même chose avec le projet de la Chênaie dans notre commune de La Tène. Merci Laure pour ton engagement dans la protection de la nature et l'écologie.

Les livres sur la forêt, l'écologie que Laure a donnés par son école de Zollikofen et le matériel pédagogique apporté serviront de support pour la suite.

Pour clore l'activité, Roger et moi avons organisé une petite surprise !! souvent les enfants disent pour une chose réussie : c'est bonbon, c'est biscuit, c'est chocolat c'est bon !! En bonne suissesse j'avais pris des plaques de chocolat au lait suisse.... alors nous avons demandé à leurs enseignants-tes de mettre les enfants en cercle et après quelques explications, chacun a reçu un carré de chocolat. De voir leur sourire et leur joie était le plus beau cadeau.... waouw c'est bon et se sera probablement l'unique fois que ces enfants mangeront du chocolat.

UN SEUL BUT est heureux de collaborer au fil des années avec les foyers de paix. Je repars ce lundi avec des étoiles dans les yeux, malgré la pauvreté et les drames, la population des foyers de paix peut revivre et avoir l'espoir de jours meilleurs, dans la joie, la force du partage et la dignité.


Une petite graine plantée peut changer le monde et un destin !


Véronique

Kambehe du 4-7 février 2022

Le chargement du container 2018 en vidéo et audio

Ecouter, voir et lire le reportage de RTN

La radio neuchâteloise RTN raconte une journée pas comme les autres.

A voir, écouter, revoir et réécouter.


Ma mission 2022 pour UN SEUL BUT 

se termine bientôt ! je prépare mes valises pour traverser le monde et retrouver ma Chère famille, les amis, mes collègues et patients en Suisse.

Je suis fatiguée après avoir sillonné le sud Kivu mais satisfaite du travail accompli. Une 9eme « Mission » avec plus d’expérience et connaissance du terrain.

La météo très pluvieuse et froide (changement climatique) a perturbé plusieurs programmes. Moi qui rêvait de mon soleil du Kivu …

L’annulation de la mission à iDjwi sera la plus grande déception car préparée depuis 1 année avec beaucoup de projets à suivre !

L’adaptation permanente est de mise ici car les conditions sont très difficiles et tout peut changer en 1 heure.


Mon coeur souffre de voir toute cette misère et violence ! Le Congo saigne et souffre pour ses droits fondamentaux : pas d’accès à l’eau potable ni à l’électricité, ni à l’éducation et aux soins élémentaires pour tous !! La violence est partout et met en danger les enfants, les femmes et les familles. J’ai vu des choses terribles, des maladies déjà éradiquées dans le reste du monde, des gens dans une misère indescriptible… chacun essaie de survivre dans ce chaos ! j’en ai encore les larmes aux yeux et le cœur lourd.

J’ai rencontré des femmes et des hommes remarquables par leur engagement dans différents secteurs et leur résilience. Je reviens remplie de sourires, de chaleur humaine et de partage !


J’aimerais exprimer une immense gratitude à tous mes amis-amies, infirmières et médecins, religieuses et prêtres, enseignants-tes, éducateurs-trices, tout le personnel soignant qui œuvrent chaque jour pour redonner l'espoir, soutenir et encourager, relever ... dans un esprit de NON violence et de respect de l'être humain, amour du prochain !!

Redonner la dignité à quelqu’un, c’est lui dire qu’il est important !

Je n’ai pas de mots assez fort pour exprimer mes émotions et remercier tous les Amis-Amies qui m’ont accueillie dans leurs familles et communautés. Ces moments de partage et de foi resteront gravés dans mon coeur. Je suis admirative par la force et le courage qui les habitent et leur engagement auprès des plus vulnérables et rejetés.

Être avec eux, les pieds dans la boue et vivre dans leurs conditions de vie me permet de mieux les comprendre et de mesurer et évaluer si nos projets sont pertinents et ont du sens.

C'est en travaillant ENSEMBLE, main dans la main, avec chacun un esprit d'ouverture que nous pourrons mener à bien un projet réaliste

et réalisable!


Durant 5 semaines, nous avons vécu des moments forts et intenses autour de l'éducation des enfants dans les écoles, visites médicales dans les dispensaires , soins aux malades atteints de plaies, consultation prénatales, accompagnement psychologique et écoute auprès des prisonniers, soutien au centre 

des enfants handicapés au centre Heri Kwetu.

Merci à mes collègues soignants pour les temps de partage et de partage de nos pratiques si différentes, écoute mutuelle.

Ici chaque bout de compresse, chaque comprimé ou appareil médical compte et peut sauver une vie! Quel soulagement et joie pour moi la petite muganga , infirmière aux cheveux dorés de voir les sourires illuminer les visages de mes patients qui sont soulagés et vont mieux !

Merci Da Véro ! Merci d’être venue chez nous


Nous avons pris le temps avec nos partenaires les plus proches de faire un bilan, un feed-back des projets tant médicaux qu’éducatifs.

Je réalise une fois de plus qu’un équipement 

de sport et quelques ballons 🏀⚽️ donnés dans une école ou un petit village peuvent changer beaucoup de choses ... les rencontres avec les acteurs sportifs du Kivu le prouvent : 

le sport apporte beaucoup sur le plan physique et mental mais surtout humain et social, un vecteur de graines de paix et de tolérance en tissant les liens de fraternité.

Voilà ... je repars grandie et plus expérimentée de cette mission 2022 et je remercie toutes les personnes qui croient en nous et nous aident à donner du sens à nos projets d'Un SEUL BUT.


Mes valises sont remplie des richesses naturelles et des cadeaux aux milles couleurs chaudes de ce beau pays.

Bises affectueuses

Véronique



Pas: J’ai reçu des lapins, poules … mais je les ai offerts à mes amis car pas gérables dans mes valises ahahah



Juste avant le confinement,

Véronique en interview dans la Matinale de RTN: agir toujours, malgré tout

Pour écouter, cliquez ici